Soulager les douleurs de règles

Chaque mois c’est le même rituel. Inéquitable entre chaque femme. Parfois très douloureux (la dysménorrhée), parfois non, accompagné ou non d’un syndrome prémenstruel.

 

Environ 50 % à 80 % des femmes fécondes sont touchées dont 5 % à 15 % qui seront suffisamment incommodées pour devoir modifier leurs activités quotidiennes (repos forcé, absentéisme scolaire ou professionnel).

 

 

Voici quelques conseils de votre ostéopathe afin de soulager vos douleurs de règles.

L’ostéopathie est une pratique qui a déjà fait ses preuves dans le soulagement des symptômes liés aux règles. Nous vous poserons les questions nécessaires à la compréhension de vos douleurs afin de savoir à quel moment elles sont apparues et pourquoi. Par des techniques douces, nous rééquilibrons votre corps afin de redonner de la mobilité là où il n’y en a plus et soulager vos douleurs.

Souffrir au point de prendre des médicaments chaque mois ou de ne pas pouvoir être active n’est pas normal ! Il est important d’en parler et de vous faire aider.

Les règles, c’est quoi ?

Les symptômes des douleurs de règles

Les principaux symptômes ressentis pendant cette période seront de fortes douleurs dans le bas ventre, à type de crampes ou spasmes. Ces douleurs peuvent survenir quelques jours avant les règles, au début ou même pendant. Elles peuvent être également accompagnées de douleurs en bas du dos.

Généralement la douleur s’apaise lorsque le sang commence à s’écouler. En effet, c’est l’évacuation des cellules de la couche supérieure de la muqueuse de l’utérus, l’endomètre, qui provoque cet écoulement (les règles). Pour cela le col doit s’ouvrir, afin que le sang ne stagne pas, permettant à l’utérus de se décongestionner et réduire les crampes/spasmes. Un col qui a des difficultés à s’ouvrir va provoquer de fortes douleurs, c’est là-dessus, parmi d’autres causes, que l’ostéopathe aura un rôle à jouer.

D’autres symptômes moins communs peuvent faire leur apparition pendant la durée de vos règles voire même 1 semaine avant selon les femmes : c’est le syndrome prémenstruel. Les symptômes seront autant physiques que psychiques.

Physique

Maux de tête ;
Acnée ;
Nausées, vomissements ;
Diarrhée ;
Seins douloureux ;
Ballonnement ;
etc

Psychique

Tristesse ;
Manque d’énergie ;
Impression de malaise ;
Irritabilité ;
Anxiété ;
etc

Chaque femme est inégale face aux douleurs de menstruations. Celles-ci dépendent de nombreux facteurs perturbant peu à peu le cycle féminin.

Les perturbations du cycle féminin

Notre mode de vie actuel est une perturbation à lui seul et, parfois, quelques conseils à votre portée peuvent faire toute la différence.

Il faut savoir que ce sont vos hormones qui dirigent votre cycle menstruel. C’est elles qui vont décider du renouvellement de la muqueuse, de l’ovulation ainsi que du déclenchement de vos règles.
Ces hormones sont sensibles à leur environnement et peuvent, par exemple, dans des situations extrêmes (anorexie mentale, traumatismes majeurs, etc ..) bloquer l’arrivée des règles. C’est dire à quel point elles ont un rôle important !
C’est aussi elles qui, lorsque les perturbations sont trop importantes vont se retrouver en trop grande quantité dans l’organisme et favoriser l’appétit, la prise de poids, la fatigue, la dépression, la baisse de libido, l’acné, en gros … les SPM !

 

Quelques exemples de perturbateurs du cycle féminin :

 

  • Les traumatismes physiques, chocs entrainant le blocage du bassin et ainsi le bon fonctionnement de l’utérus ;
  • Une opération locale qui, par les cicatrices provoquées, va gêner les mouvements de l’utérus ;
  • La sédentarité, qui immobilise le bassin bloquant peu à peu l’utérus ;
  • La nutrition : pas assez de bonnes graisses, pas assez de fer, pas assez de fibres, alcool, tabac, aliments industrialisés pauvres en nutriment ;
  • Les régimes alimentaires ;
  • Un déséquilibre hormonal ;
  • Le stress ;
  • Les perturbateurs endocriniens.

A savoir

D’autres déséquilibres plus important peuvent être la causes de dérèglements du cycle féminin.
Un déséquilibre thyroïdien, métabolique, une maladie auto-immune, l’endométriose, etc …
N’hésitez pas à en parler à votre médecin si les symptômes persistent afin de procéder à des examens complémentaires plus poussés.

Quelles sont les solutions pour soulager vos douleurs de règles

Les hormones sont essentielles au bon déroulement du cycle menstruel.

Elles sont produites à partir du cholestérol, c’est à dire à partir du gras. Mais du BON gras ! Ce sont les omégas 6 qui sont importants pour cette fabrication.
Cette production sera facilitée par un foie, une vésicule biliaire et un microbiote en bon état. 
Le foie est un organe de détoxification (Cf : Les émonctoires ) il évacue les hormones. Si celui-ci ne fonctionne pas correctement, certaines hormones vont être réabsorbées et rester en trop grande quantité dans l’organisme. De plus, lorsqu’il doit évacuer beaucoup d’hormones, en fin de cycle par exemple, il peut peiner à gérer un gâteau d’anniversaire ou une fondue au fromage. La peau, émonctoire secondaire, peut prendre le relais, ce qui explique, en partie, les éruptions disgracieuses avant les règles.

Concrètement ça veut dire :

Manger équilibrer :

Ce n’est pas un secret, prendre 3 repas équilibrés est la première source de rééquilibrage, votre meilleur médicament. Cela permettrait d’éviter les fluctuations du taux de sucre sanguin, responsable de l’augmentation de l’appétit durant cette période. Dans les jours affectés par le SPM, prendre une collation riche en glucides complexes, deux à trois heures après les repas, peut aider à éviter le grignotage sucré ainsi que l’irritabilité, la confusion, les sautes d’humeur et les symptômes de la dépression.
Exemples de collation : pain de seigle avec houmous, pain et yaourt, flocons d’avoine complets dans du lait de soja ou avoine, dattes et lait végétal.

Si vos règles sont hémorragiques, pertes sanguines abondantes, une grande quantité de fer est évacuée de votre organisme. Le manque de fer s’appelle l’anémie et provoque une fatigue importante. Il est donc important de refaire ses réserves de fer après chaque période de menstruation.

Consommer des aliments riches en fer : viandes, boudins, légumineuses, légumes verts.

Aliments riches en oméga 6 :

  • Noix
  • Tofu
  • Amandes
  • Huile de tournesol
  • Œufs
  • Poisson gras 1 à 2 fois par semaine : truite, maquereau, sardines, thon, saumon, flétan, hareng.

Rééquilibrer votre microbiote intestinal

Prise de probiotiques trouvables en pharmacie.

L’action de votre ostéopathe

Notre rôle sera de libérer entièrement votre bassin et tout ce qui pourrait gêner le bon fonctionnement de l’utérus : ligaments, muscles, artères et veines.

Nous libèrerons également mécaniquement et fonctionnellement le foie et la vésicule biliaire leur permettant d’avoir une action plus efficace et d’évacuer au mieux les toxines de votre organisme.

Concernant les cicatrices, le travail de votre ostéopathe sera de les assouplir via différentes techniques comme le palpé-roulé ou encore la mise en tension des structures.

Rééquilibrer votre corps et plus particulièrement votre bassin

Que vos douleurs de règles existent depuis votre adolescence ou plus tard durant l’âge adulte, une chute sur le bassin (aussi ancienne soit-elle) va créer un déséquilibre. L’utérus est un organe qui s’accroche (par ses muscles et ligaments) au pourtour des os du bassin et sur votre sacrum. Un blocage de ceux-ci entrainera petit à petit un blocage de votre utérus et une mauvaise vascularisation de celui-ci.

Technique spécifique lors d’une crise douloureuse aiguë

Lorsque la douleur n’est plus supportable, une technique existe pour vous soulager temporairement. Cette technique va inhiber momentanément le nerf qui contracte l’utérus et vous provoque les douleurs.
La technique est a réaliser allongé sur le ventre, par une personne tiers. Appuyer de manière progressive avec vos pouces dans les fossettes qui se trouvent en bas de votre dos et rester appuyé environ 1 min.

Ce n’est pas une technique magique et la douleur reviendra peu de temps après, mais elle va vous permettre de passer cette phase de douleur aiguë.

Redonner de la mobilité à vos cicatrices

Cf cet article pour comprendre l’influence d’une cicatrice sur les organes environnants.

Rééquilibrer votre foie et votre vésicule biliaire

Comme expliqué plus haut, les hormones sont en lien direct avec le bon fonctionnement de ces deux organes. Il est donc essentiel de leur redonner toute la mobilité nécessaire afin de leur permettre une création optimale des hormones et le bon recyclage de celles-ci.
C’est l’organe clef dans la réduction de l’acné hormonale.
Cf cet article afin de comprendre comment aider à nettoyer votre foie à la maison : Les émonctoires.

Marcher !

La sédentarité est le plus grand fléau de ce siècle. Il est essentiel de marcher au moins 30 minutes par jour afin de faire fonctionner votre bassin. Vos organes bougent à l’intérieur, ils ne peuvent pas fonctionner correctement si tout est immobile autour !

L’aromathérapie lors d’une crise douloureuse aiguë

Huile essentielle d’estragon ou de basilic : 4 gouttes sur un morceau de sucre ou dans un peu d’huile végétale, à répéter à la demande, jusqu’à 15 goutes par jour.

Si vous souhaitez aller plus loin dans la compréhension du cycle féminin je vous conseille la lecture de ce livre :

Le livre du cycle féminin par Raïssa Blankoff des éditions Amyris.

Facile à lire et magnifiquement bien illustré, ce livre permettra à toutes les femmes de comprendre et d’appréhender plus sereinement les différentes parties de son cycle.