Douleur "rénale", "syndrome de Maigne", ... Que faire ?

Douleur rénale et syndrome Maigne ont des causes totalement différentes. Pourtant, elles présentent quasiment les mêmes symptômes et peuvent parfois être confondu lors du diagnostic.

 

Ces douleurs sont tenaces, les patients qui en souffrent sont souvent condamnés à vivre avec pour le restant de leur vie.
Voici le témoignage d’un patient présentant ces symptômes et qui aujourd’hui s’en est sorti grâce à la méthode DMOKA® et son approche somato-émotionnelle.

A savoir

Avant toute consultation pour un motif douloureux, il est impératif d’avoir été suivi par le corps médical afin d’écarter une possible pathologie.

Témoignage d’un patient de 27ans

Symptômes :

” Une douleur en bas du dos à droite m’est apparue il y a 7 ans. Elle a débuté lors du commencement de mes études supérieures, sans raison apparente. Au départ je n’y prêtais pas vraiment attention, je pensais que c’était juste dû au stress, et que ça allait passer.
Jusqu’au jour où, quelques semaines plus tard, j’ai commencé à uriner du sang. La douleur s’amplifiait sévèrement, de là à avoir des crises tous les jours.
Les crises débutaient dès le matin, vers 6h, et me réveillaient. C’était une sensation de brûlure au niveau du flanc droit (sous les dernières côtes) avec un trajet douloureux qui descendait dans l’aine, toujours à droite. Aller à l’école, au supermarché, ou bien en ville devenait un vrai calvaire pour moi.”

Les examens complémentaires :

“Je suis donc allé consulter afin de comprendre ce qu’il m’arrivait et me soulager.

Tout d’abord le médecin m’a réorienté vers un urologue pour faire des imageries du système urinaire. Celles-ci n’ont rien montré. Je suis donc allé voir un autre urologue qui m’a annoncé que c’était sûrement une maladie congénitale du rein (qui produit des micros-calculs en permanence).  J’étais prédestiné à avoir cette douleur jusqu’à la fin de ma vie, de même pour la prise de médicament. Je suis ensuite retourné voir le médecin qui m’a une fois de plus réorienté. Un première fois vers un gastro-entérologue (coloscopie qui n’a rien montré)., Puis un rhumatologue qui, suite à des imageries, a trouvé une protrusion discale à l’étage D11-D12 et ainsi diagnostiqué un syndrome de Maigne.

 Les médecins m’ont bien fait comprendre qu’il n’y avait aucune solution pour moi.”
 

Les médecines alternatives :

“Complètement perdu et de plus en plus déprimé, je me suis tourné vers la médecine alternative. L’acupuncture, l’ostéopathie, l’hypnose et des magnétiseurs. J’ai enfin pu être un minimum soulagé mais les crises de douleur percistaient.

Au vu des résultats, j’ai enfin accepté le fait que cela pouvait être d’origine psychologique. Je suis donc allé voir un psychologue en parallèle de ces médecines douces, mais là encore, parler ne suffisait pas.”

La DMOKA® :

“C’est à ce moment-là que j’ai rencontré Pascale Chavance qui pratiquait cette thérapie encore inconnue à mes yeux : la DMOKA®.

Après 2 séances, les douleurs ont commencé à disparaître.

Comment vous dire qu’après chaque séance je me sentais complètement vidé d’un poids énorme de culpabilité, de tristesse, de haine et plus encore, que moi-même je ne savais pas. J’occultais ces souffrances intérieures qui se traduisaient par cette douleur physique.

La DMOKA®, en complémentarité des médecines douces, m’a aidé à remonter la pente.”

L’avis de votre thérapeute

Cette méthode a fait ses preuves sur ce patient. Cela nous a convaincu de faire la formation afin de vous la faire découvrir. Certains symptômes dont les patients n’arrivent pas à s’en sortir sont parfois psycho-somatiques. Il est important de savoir le déceler afin de vous accompagner du mieux que nous pouvons. Chaque personne réagira d’une manière qui sera différente d’une autre et cette méthode ne marchera pas sur tout le monde. Tout dépendra de votre passé et des causes qui vous ont emmené à cette souffrance.

Attention, je vous vois venir, une douleur psychologique est une réelle douleur, ce n’est pas dans votre tête, elle existe vraiment ! Elle est seulement d’ORIGINE psychologique et ce sont vos émotions, par le lien qu’elles ont avec certains organes ou par les hormones qu’elles délivrent, qui déclenchent le signal douloureux.

Afin d’en savoir plus sur cette méthode vous pouvez suivre les autres articles à ce sujet dans la partie Conseils en DMOKA® ou encore sur la page d’accueil.